Accueil » Projets » Art espace public » art urbain cinétique » 16 images par seconde

Création d’une fresque avec réalité augmentée + anamorphose

 

 

16 images par seconde aux laboratoires Éclair

« 16 images par seconde » est une proposition en forme de séquence évoquant comme un rébus, tout au long des 40 m de linéaire du mur d’enceinte, l’histoire du site des Laboratoires Éclair. D’un passé botanique au XVIIIe siècle (le site fût d’abord le domaine du comte de Lacépède, féru d’histoire naturelle, et une « forêt » en témoigne), à la grande époque cinématographique des Labos, jusqu’à son renouveau et son activation aujourd’hui par notamment le collectif Soukmachines, le site raconte une histoire du regard sur le paysage, du travail de l’image en mouvement, de a lumière.. Après avoir travaillé en 2019 sur une étude urba-culturelle du site avec une équipe pluridisciplinaire et avoir rêvé des espaces d’activation pour le site (dont une place et une galerue qui prennent aujourd’hui forme !), nous avons pu proposé et être choisis pour la création de cette fresque entourant la  nouvelle entrée du site.
L’intervention vient se dérouler comme une bande de film en proposant un travail graphique autour de 16 cercles, qui sont autant de métaphores visuelles, hommage à un art rotatif en mouvement, plongeant ses racines dans le 19e et le début du 20e siècle, entre phénakistiscopes et disques optiques. Nous proposons une expérience autour des arts optiques et de la référence au mouvement et aux techniques du pré-cinéma, de part et d’autre du portail du site, avec cette fresque sur la partie gauche qui s’active sous forme de réalité augmentée et une anamorphose réalisée sur le local technique situé à droite du portail. Se crée ainsi une invitation à entrer dans un univers de création et d’imaginaire, plongeant ses racines dans un passé riche et se projetant dans la création à venir, et impliquant les passants dans une expérience forte du mouvement et de l’art optique.

Ville d’Épinay-sur-Seine, 2023
Réalisation : Polysémique, avec Gonzague Lacombe

Photos 7 et 9 ©Thomas Behuret